Un jugement important de la CNIL à l’encontre de deux entreprises

Publié le 21 mai 2010

La CNIL a ordonné l’interruption de la biométrie et de la videoprotection dans deux entreprises différentes. Dans le premier cas, il a été considéré que l’impératif de sécurité ne justifiait pas le développement d’un système biométrique. Dans le second cas, il fait suite à une plainte d’un des salariés. La CNIL a en effet constaté le caractère disproportionné du dispositif qui place "le personnel sous surveillance constante, générale et permanente".