Le CNAPS québécois en difficulté

Publié le 1er octobre 2010

Au moment où les parlementaires français entérinent la création du Conseil National des Activités de Sécurité Privée (CNAPS), l’équivalent québecois qui existe depuis 4 ans (le bureau de la sécurité privée) rencontre des difficultés. En effet, le bureau de la sécurité privée n’aurait pas fait son travail de contrôle auprès des dirigeants de la société Sécu-Action, qui avait remporté un certain nombre de contrats prestigieux (centre judiciaire, palais de justice). L’affaire fait grand bruit chez nos cousins québécois. L’histoire est très bien relatée dans cyberpresse.