1. Accueil
  2. Infos sécurité
  3. Archives infos sécurité
  4. Imprimante 3D : les serrures...

Imprimante 3D : les serrures en danger ?

Écrit par HASSID Olivier

11 février 2015

Imprimante 3D : les serrures en danger ?
Les imprimantes 3D pourraient être le nouvel outil des cambrioleurs. À partir d’un scan ou d’une photo d’une clé mécanique, il est possible d’en créer un double numérique et de l’imprimer. C’est le sujet d’un article publié, le 4 septembre 2014, sur le site Internet de Sciences et Avenir. Lors de la 21e édition du Defcon, un congrès annuel de hacking à Las Vegas, trois étudiants du MIT (Massachussets Institute of Technology) ont dupliqué, à partir de simples photos, le modèle Primus du constructeur Schlage, une clé normalement réputée pour sa sécurité. L’imprimante 3D a parfaitement copié la clé. Si techniquement, la duplication d’une clé n’a rien de révolutionnaire, rappelle le magazine, les commerçants qui reproduisent les clés n’ont pas le droit de faire un double d’une clé avec une mention de type « reproduction interdite ». Ils doivent exiger des papiers du propriétaire de la clé. L’utilisation d’une imprimante 3D court-circuite cette étape de sécurité.
Par ailleurs, un amateur de crochetage de serrures a développé une méthode de martelage basée sur l’impression 3D. Cette technique, également connue sous le terme anglais « bumping », consiste à introduire une fausse clé dans une serrure puis à frapper d’un coup sec la fausse clé pour contraindre les goupilles à s’aligner sous l’effet de la force. Le crocheteur a mis au point une technique qui permet de créer une clé nécessaire au martelage à partir d’une simple photo de la serrure et d’informations techniques généralement disponibles sur Internet. Il présentera ses travaux lors de la conférence LockCon 2014, qui se déroulera du 19 au 21 septembre 2014 aux Pays-Bas.
En février 2009, Face au Risque avait déjà parlé dans ses colonnes du logiciel Sneakey, capable de copier des clés à partir d’une photographie prise à 60 mètres de distance au téléobjectif.
Gaëlle Carcaly
Extrait de la Lettre Retour d’expérience, supplément à Face au Risque.

Nouveaux essais CNPP : attaques aux véhicules béliers
CNPP a mis en place, fin 2014, un nouveau protocole d’essais permettant de tester la résistance mécanique des blocs-portes et des rideaux métalliques aux attaques de véhicules béliers. L’essai est conforme si le bloc-porte/rideau métallique reste toujours totalement fermé et sans aucune perforation.
Ce nouveau protocole va permettre aux clients de CNPP de bénéficier de produits répondant à des exigences et des spécifications techniques très précises, reconnus notamment dans le domaine bancaire.
Extrait de l’I-News du 5 janvier 2014, Face au Risque.

Ces articles pourraient vous intéresser

Le tribunal correctionnel de Saint-Étienne (Loire) a relaxé, le 21 janvier 2014, une...

Le dispositif de sécurité des activités d’importance vitale (SAIV), inséré dans le code...

Les caméras de vidéosurveillance sont devenues intelligentes. Equipées de systèmes de détection de...

Commissions et groupes de travail

Les commissions et groupes de travail du CDSE, ouverts à tous les membres, sont le cœur de la réflexion du Club sur l’ensemble des problématiques qui impactent la sécurité-sûreté des entreprises.

Le réseau CDSE

Le CDSE a étendu son réseau auprès d’acteurs privés, publics et académiques qui participent à ses travaux. Il représente en outre les « donneurs d’ordre » et les « utilisateurs » au sein de différentes instances.

Les statuts

Le CDSE est une association loi 1901 à but non lucratif créée en 1995. Retrouvez la dernière version des statuts du CDSE adoptée par l’Assemblée générale extraordinaire du 15 septembre 2020.

Le règlement intérieur

Le CDSE s’est doté d’un règlement intérieur adopté par l’Assemblée générale extraordinaire du 20 septembre 2017 régissant différents points notamment en matière d’éthique et de déontologie.