1. Accueil
  2. Infos sécurité
  3. Archives infos sécurité
  4. « Les Nouveaux entrepreneurs de...

« Les Nouveaux entrepreneurs de la guerre »

Écrit par admin1973

26 avril 2011

Dans la collection du Département sécurité économique de l’INHESJ, l’ouvrage « Les nouveaux entrepreneurs de la guerre – des mercenaires aux sociétés militaires privées » paru aux éditions Vuibert, Philippe CHAPLEAU nous interpelle sur une nouvelle forme d’entreprise : les sociétés militaires privées (SMP).

Aujourd’hui, comparativement au mercenariat, très souvent décrié, les SMP occidentales se caractérisent par le fait qu’elles ne combattent pas directement, mais assurent en réalité des missions de soutien aux forces nationales et armées régulières. A contrario, les mercenaires, tout au long de l’histoire, furent payés pour faire la guerre.

Cette nouvelle organisation traduit un recentrage des militaires sur leur « cœur de métier » et positionne les SMP comme un acteur nouveau soulageant les troupes combattantes des activités « annexes » : logistique, maintenance, formation, santé, etc…
On peut dire que les sociétés militaires privées s’inscrivent dans une logique d’externalisation, visant à faire face aux contraintes budgétaires et non dans une dynamique de privatisation de la guerre. L’Etat reste toujours l’unique détenteur de la violence physique légitime.
Loin des condottieri italiens de la Renaissance, qui représentaient un véritable symbole des guerres privées, c’est-à-dire du mercenariat, les SMP expriment la forte nécessité d’une sous-traitance au sein des armées.

De surcroît, on pourrait craindre qu’une confusion persiste, mais à tort, entre les sociétés militaires privées (SMP) et les sociétés de sécurité privée assurant la protection des entreprises dans des zones à risques, ou particulièrement sensibles, voire hostiles. C’est la nature du client qui fonde en fait la distinction.

Refusant les facilités d’une condamnation en bloc, l’auteur analyse l’émergence des SMP au prisme des impératifs qui s’imposent aux gouvernements, tout en traçant les pistes d’un développement de ces sociétés, favorable à l’efficacité des armées et respectueux des exigences de la démocratie.

Dans la même collection de l’INHESJ, le travail sur le thème « Business en milieu hostile » de Fanny Lecarpentier et Dimitri Linardos s’est vu attribuer le prix 2011 du livre de management international, décerné par Grenoble Ecole de Management dans le cadre du festival de géopolitique et de géo économie de Grenoble qui s’est tenu du 24 au 27 mars.

Pascal Forfert
Chargé de mission au département sécurité économique de l’INHESJ

Ces articles pourraient vous intéresser

Dans son livre le plus ambitieux à ce jour, le célèbre penseur critique...

Depuis quelques années déjà, le risque pénal pèse de façon prégnante sur l’entreprise,...

Christian Aghroum, ancien directeur de l’OCLTIC et nouvellement directeur sécurité d’un grand groupe...

Commissions et groupes de travail

Les commissions et groupes de travail du CDSE, ouverts à tous les membres, sont le cœur de la réflexion du Club sur l’ensemble des problématiques qui impactent la sécurité-sûreté des entreprises.

Le réseau CDSE

Le CDSE a étendu son réseau auprès d’acteurs privés, publics et académiques qui participent à ses travaux. Il représente en outre les « donneurs d’ordre » et les « utilisateurs » au sein de différentes instances.

Les statuts

Le CDSE est une association loi 1901 à but non lucratif créée en 1995. Retrouvez la dernière version des statuts du CDSE adoptée par l’Assemblée générale extraordinaire du 15 septembre 2020.

Le règlement intérieur

Le CDSE s’est doté d’un règlement intérieur adopté par l’Assemblée générale extraordinaire du 20 septembre 2017 régissant différents points notamment en matière d’éthique et de déontologie.